L’argent du plan de relance de l’Union européenne quasi exclusivement consacré à l’agenda des écologistes politiques et nos PME peuvent mordre la poussière!

12 Fév 2021 | Nouvelles

Le Vlaams Belang est très étonné de l’extraordinaire déphasage de la ministre de l’Energie Tinne Van der Straeten (Groen). «La partie de l’argent du plan de relance européen dévolue au fédérale, qui est également destinée à aider les entreprises dans le besoin, sera gaspillée dans une large mesure au profit de l’obsession climatique des verts politiques. Cela montre où ils se situent les priorités: non pas pour aider les personnes touchées par cette crise, mais pour faire avancer l’agenda vert. Le moment est venu de renflouer notre économie, et non de faire aboutir des projets politiques à long terme.» affirme le député Reccino Van Lommel (Vlaams Belang).

Aujourd’hui, 103 000 entreprises qui étaient en parfaite santé avant la crise sanitaire, et qui représentent ensemble 400.000 emplois, font face à de graves difficultés financières. On constate que 42,6% du secteur Horeca et 32% des entreprises du secteur événementiel sont confrontés à une situation de crise financière très sérieuse. Et cela vaut également pour un quart de l’industrie métallurgique, du secteur des transports, de l’industrie alimentaire et de l’industrie automobile, et pour 20% des industries du commerce de détail, du textile et de la construction. «Et les autres entreprises brûlent actuellement leurs réserves», dit Van Lommel. Selon Graydon Belgium nv, spécialiste de l’analyse des données d’entreprise, 50.000 faillites due à la crise sanitaire sont en cours. C’est une perte supplémentaire de 120.000 emplois.

«Il est déjà particulièrement frustrant de constater que 37% de l’argent de relance de l’UE soit consacré obligatoirement à l’énergie verte et 20% à la numérisation, alors que notre économie actuelle est vouée à l’écroulement»

Reccino Van Lommel

Membre de la Chambre des représentants, Vlaams Belang

Les faits sont les faits, si le leitmotiv de Madame Van der Straeten est que le climat est “l’employeur du futur”, il n’en reste pas moins que les employeurs actuels font faillite. Depuis le début de la crise, le Vlaams Belang demande que l’on porte une attention particulière aux entreprises qui peinent à survivre aujourd’hui et dans la période à venir. «Il est déjà particulièrement frustrant de constater que 37% de l’argent de relance de l’UE soit consacré obligatoirement à l’énergie verte et 20% à la numérisation, alors que notre économie actuelle est vouée à l’écroulement», poursuit Reccino Van Lommel.

Un autre problème est que la Belgique ne peut compter que sur l’argent issu du plan de relance européen, car il n’y a pas de marge budgétaire au niveau national pour aider notre économie. Aux Pays-Bas et en Allemagne, ils le peuvent et nous ne pouvons qu’en être jaloux.

⬛