Communiqué du 27 juin 2017: Chatham House confirme le bien fondé des positions du Vlaams Belang

Une alternative : l’Europe des Nations et des Libertés

Le groupe de réflexion Britannique Chatham House à lancé une grande enquête visant à étudier les comportements de “l’élite” et du “grand public” dans dix pays membres de l’Union Européenne, dont la Belgique. Les résultats montrent que la population désigne l’immigration de masse et la crise de l’asile comme les échecs les plus cuisants de l’Union Européenne. 55% des personnes interrogées qualifient l’immigration de charge pour la prospérité de l’Etat et 64% des Belges interrogés se prononcent en faveur d’un arrêt de toute immigration en provenance des pays musulmans.

Ces chiffres sont comparables à ceux publiés par le Vlaams Belang en octobre 2013. Il s’agissait d’une enquête que notre parti avait diligenté auprès d’environ 4.000 flamands. Celle-ci montrait qu’une majorité significative de 63% d’entre eux étaient d’avis que l’immigration n’avait pas une influence positive sur notre société.

L’enquête actuelle montre que l’Union Européenne n’est pas populaire et que même les “faiseurs d’opinion” ou les “élites” ne sont pas d’accord sur le chemin à suivre : plus ou moins d’Union Européenne. 37% d’entre eux pensent que l’UE doit disposer d’encore plus de compétences, 28% préconisent le statuquo et 31% souhaitent que des compétences soient rendues aux Etats membres.

Pour nous, c’est clair : l’Union Européenne a systématiquement élargi ses compétences et ses interventions ces dix dernières années au point de ne plus être politiquement et institutionnellement gérable. Les peuples d’Europe sont littéralement sous tutelle depuis l’application de la politique des frontières ouvertes pour l’immigration, les accords de Schengen et l’union monétaire. C’est la raison pour laquelle il faut aujourd’hui actionner les freins de secours.

Il ne fait pas de doute que la Commission européenne, et le nouvel axe germano-français, choisiront la politique de la fuite en avant. Ils n’ont pas l’intention de stopper le train, bien au contraire. Il ne faut pas s’attendre au moindre grain de sable dans la machine à applaudir de la part de la majorité de gauche au sein du Parlement européen. Il est donc légitime de se demander s’ils représentent encore réellement le peuple.

La logique fédérale du “toujours-plus-d’Union Européenne” doit cesser. Si on veut éviter que l’Union Européenne entière se retrouve dans un exit-scénario collectif, il faudra que les nouveaux “pères fondateurs” reviennent a en système intergouvernemental entre des Etats-nations libres. Il n’existe qu’une vraie alternative : une Europe des nations et des libertés.

Tom Van Grieken

Président du Vlaams Belang

Vous pourriez être intéressé ...