Communiqué du 19/09/2017: Tout le monde raciste ? Le Vlaams Belang s’oppose à l’ordonnance UNIA, la NV-A la vote !

 

Dominiek Lootens est le chef de groupe du Vlaams Belang au Parlement bruxellois

Ce mardi 19 septembre 2017, deux propositions d’ordonnances visant à lutter contre les discriminations étaient proposées à la discussion et au vote au Parlement bruxellois. L’une vise à « lutter contre certaines formes de discriminations et à promouvoir des traitements égaux” et l’autre concerne « la discrimination à l’entrée des discothèques et autres lieux de sortie ».

Le Vlaams Belang a été le seul parti politique à voter contre ces ordonnances. Le Vlaams Belang n’accepte pas le principe de l’inversion de la charge de la preuve, comme elle est introduite dans ces ordonnances. Que la preuve de la discrimination ne doive plus être apportée par le plaignant, mais que c’est celui qui est accusé de discrimination qui doit faire la preuve que ce n’est pas le cas va à l’encontre de tous les principes de droit et contre le plus élémentaire des bons sens. De même que la désignation par le gouvernement fédéral et par le gouvernement flamand de UNIA (l’ancien Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme) comme partenaire privilégié en la matière n’est pas acceptable. UNIA, organisme politique subsidié, traite systématiquement le salafisme avec légèreté et refuse carrément de traiter, par exemple, le problème du racisme anti-Flamands. Ceci souligne l’incongruité du vote du groupe N-VA au Parlement bruxellois. En effet, ce parti s’agite volontiers dans la presse lorsqu’il s’agit de critiquer UNIA, mais au moment déterminant du vote, la NV-A vote en chœur avec les autres partis pour faire d’UNIA le partenaire privilégié de l’autorité bruxelloise dans la chasse aux employeurs qui “discriminent”.

Le Vlaams Belang a également voté contre la résolution concernant la soi-disant discrimination à l’entrée des discothèques. Ce sujet a déjà été régulièrement abordé et nous ne nierons pas qu’il existe ici et là des cas réels de discrimination, mais dans ces cas-là l’arsenal juridique existant est largement suffisant et il est inutile de jeter de l’huile sur le feu en suscitant de fausses plaintes pour racisme comme cela semble se généraliser.

Dominiek Lootens
Chef de Groupe du Vlaams Belang au Parlement bruxellois

Vous pourriez être intéressé ...